Parole de Femmes

Proximité et engagement : les maîtres-mots d’une femme en politique !

Isabelle Pavero-Raimond - Femmes Attitude

Sénatrice au service quotidien des citoyen(ne)s de notre territoire... Isabelle Pavéro-Raimond

C’est avec un large sourire que la Sénatrice Isabelle Pavéro-Raimond m’a accueillie dans son bureau de Tours centre pour être la première interviewée du nouveau Blog Femmes Attitude, consacré à la valorisation et la mise en lumière des femmes de notre belle Touraine, dans tous les secteurs !

C’est en compagnie d’Andréa, sa collaboratrice parlementaire, qu’elle accepte de nous parler du chemin qui l’a menée jusqu’à ses responsabilités actuelles.

 
Isabelle Pavéro-Raimond est originaire de la Région Rhône-Alpes… Un environnement familial marqué par des valeurs de travail, de courage et de rigueur lui insuffle, dès son plus jeune âge, le sens du devoir mais aussi de l’engagement entre autres, associatif. Tous les membres de la famille participent à de nombreuses activités des structures de leur territoire. 
Ses études la poussent vers une formation de juriste, secteur qui la passionne !
 
Une large diversité dans son début de carrière
La fin de ses études lui offre diverses possibilités et elle s’enrichit d’expériences, de poste en poste. 
Car une fois qu’elle a intégré le contenu des missions qui lui ont été confiées, elle a envie d’en découvrir d’autres…. Elle travaille au sein de plusieurs cabinets juridiques, d’un cabinet fiscal & juridique, de plusieurs cabinets d’avocats et d’huissiers de justice ! Ouverte à la vie et à l’actualité, elle consolide ses expériences de ville en ville… Grenoble, Lyon…Paris…
 
La découverte du monde politique
Sa fonction d’assistante juridique, au sein du Groupement Transfrontalier Européen l’amène vers des horizons qu’elle n’imaginait pas. En effet, elle travaille, au quotidien, auprès d’une Avocate internationale avec laquelle elle œuvre pour « les Bilatérales » entre la France et la Suisse, afin de protéger la population transfrontalière. La Suisse ne faisant pas partie de la Communauté Européenne, elles ont travaillé sur de nombreux vides juridiques et créé, ainsi, des passerelles juridiques pour apporter des réponses à des dossiers particulièrement complexe. Au sein de ce groupement, elle a conduit de nombreux dossiers de procédures notamment celles de la CSG/CRDS. 
Et c’est de cette collaboration qu’Isabelle Pavéro-Raimond, passionnée par l’actualité Nationale et Internationale, intègre le monde politique. Son employeur et amie Avocate internationale était également Conseillère Régionale !
C’est, ainsi qu’elle est très vite devenue sa conseillère juridique et politique.
Elle assiste à toutes les réunions, participe aux échanges avec les autres élu(e)s et devient, également, élue dans sa commune d’origine.
Elle est une des plus jeunes vice-présidentes d’une maison de retraite, en charge d’un Centre communal d’Action Sociale. Elle conduit, de front, de nombreux programmes d’action en faveur des plus fragiles. 
C’est son leitmotiv “j’aime les gens et pour moi, cet engagement est naturel. Disposer des bons outils pour répondre au mieux à leurs sollicitations et les soutenir est ma ligne directrice” nous dit-elle avec un large sourire. Le ton de sa voix est calme et doux, on sent une personnalité profondément humaine. 
 
Puis, je la questionne sur le “concrètement” comment réaliser toutes ces missions ?

Elle nous confie que son mode de fonctionnement est le suivant “j’écoute, je me fixe un objectif et je travaille pour l’atteindre. Celui-ci atteint, je m’applique toujours à transmettre le flambeau pour me projeter sur un autre objectif “… ancienne sportive de haute niveau, ses longues années de formation au sein de l’école conservatoire de danse classique l’ont modelée sans parler de ses exploits en montagne : alpinisme, glacier, paroi, cordée, varappe, etc… Là aussi une école de sagesse car il faut observer et être à l’écoute de son environnement, de la Nature.

Toujours animée par des actions dans le secteur du social !
Elle est recrutée par ADOMA dans un CADA, (Centre d’accueil de demandeurs d’asile) et acteur majeur de l’insertion par le logement.
Elle accepte, bien entendu, ce nouveau défi. On retrouve, bien là, son goût de l’aventure et du nouvel objectif à atteindre.
C’est à ce moment-là qu’elle a l’idée de créer “Les Ballons de l’Espoir”, une association en partenariat avec le Centre Hospitalier du Chinonais et le Centre d’Oncologie. 
“Pourquoi un tel choix” lui ai-je demandé ?

Et là, je découvre que la femme qui est en face de moi a, longtemps, fait de l’accompagnement de fin de vie. Auprès de personnes hospitalisées dont les jours sont comptés, elle a passé de très nombreuses heures, parfois tout simplement dans le silence “ces temps de silence sont d’une profonde intensité et quand on perçoit cela, on s’enrichit du message de l’autre (dans le silence) ; il existe une émotion particulière, indescriptible par les mots mais qui nourrit l’âme. Cette relation de confiance qui nous est accordée dans ce moment est inestimable. J’ai appris à honorer la vie malgré toutes ses épreuves et ses difficultés. Tels sont les mots qu’elle emploie pour nous confirmer son attachement aux personnes, quelles qu’elles soient !”

Elle se rapproche ainsi du Dr Gérard, Directeur du Centre Hospitalier du Chinonais et souhaite organiser un événement pour récolter des fonds en direction des personnes atteintes d’un cancer et des personnes atteintes d’un handicap invisible.

Son territoire de Chinon est occupé par de très nombreuses associations et confréries… les Entonneurs Rabelaisiens, les Anysetiers, le Rotary Club, le Lion’s Club, le Rotary, le Zonta… toutes ces structures ont la même vocation : servir autrui, promouvoir des normes éthiques et œuvrer pour servir l’intérêt général, et venir en aide à travers des projets constructifs.
Elle prend donc son bâton de pèlerin, va à leur rencontre et les persuade d’organiser cet événement au service d’une noble cause.

De nombreuses personnes lui ont demandé “mais comment avez-vous fait pour les fédérer ?” 
Elle a répondu à toutes et tous “la passion souleve des montagnes” ! 
Un bel événement a donc eu lieu au Centre Rabelais avec un concert offert, gracieusement, par un de ses amis personnels qui, depuis, a malheureusement disparu suite à un cancer…
Les fonds récoltés ont permis d’équiper la salle des soins de support et d’acquérir 2 sièges ergonomiques de chimiothérapie.
Quelle belle leçon de solidarité du monde associatif !

C’est en 2014, lors des élections municipales qu’Isabelle Pavéro-Raimond devient adjointe à la mairie de Chinon et devinez pour quelle délégation ????

La vie associative et des quartiers, bien sûr !
Et là, elle monte des projets au service des citoyens, notamment pour créer du lien dans les quartiers et entre les associations où elle met en place « les assises de la vie associative ».
Elle s’exclame ainsi “je me suis épanouie durant ce mandat à aller à la rencontre des habitants, des associations, soutenir leurs projets, écouter, partager et développer la vie et l’entraide dans ces espaces. »
 
Puis nous arrivons en 2015 et Isabelle Pavéro-Raimond est sollicitée pour les élections départementales ! 
Elle hésite beaucoup car les journées n’ont toujours que 24 heures même si elle nous avoue, humblement, qu’elle a la grande chance de ne pas avoir besoin de beaucoup d’heures de sommeil ! Dans le même temps, ADOMA lui propose la Direction d’un Centre en Ile de France. 
 
Mais comment gérer, au mieux, tous ces engagements ?
Le choix est difficile… partir toute la semaine sur Paris pour des missions passionnantes et rentrer pour le week-end sur son territoire de Chinon ?
C’est un véritable cas de conscience pour elle… Et elle tranche, rapidement, par respect de son éthique personnelle et quitte ADOMA.  Les dirigeants d’ADOMA acceptent sa décision mais lui précisent “vous revenez quand vous le souhaitez, il y aura toujours un poste sur le territoire Français correspondant à vos compétences ». 
Que dire ? Un moment difficile car ce dernier poste a été, pour Isabelle Pavéro-Raimond, une mission d’accompagnement des personnes qui arrivaient sur le territoire Français et avaient besoin d’être protégées, guidées et soutenues dans leurs démarches.

Elle a été au contact de nombreuses cultures et s’est véritablement “enrichie de valeurs humaines hors du commun” selon ses propres paroles. Elle nous confie, aussi, “j’aime l’ouverture sur le monde, l’apprentissage des traditions et cultures du monde, la découverte de l’autre et de notre environnement.
J’ai créé des liens “forts” avec toutes ces personnes qui m’invitaient, pour certains, à chaque fête en rapport avec leurs coutumes alors que je savais, pertinemment, qu’ils avaient très peu de moyens financiers. L’émotion était forte, forte de leur douleur, de leur angoisse et s’inscrivait dans un temps de silence profond, de compassion. Ils étaient toutes et tous traumatisé(e)s par leur parcours, souvent des parcours de pays en guerre. Ils ne parlaient pas notre langue mais je devais créer très vite une relation de confiance qui me permettait de rédiger les conclusions nécessaires à la défense de leur dossier.
Ce sont toutes ces raisons qui l’ont fait hésiter à quitter ce poste qui n’était pas un “travail” pour elle ! Malgré tout, elle était convaincue de retrouver, en partie, ces contacts dans le monde associatif local. 

Par contre, elle ne s’attendait pas du tout, à vivre ces mêmes partages dans un parcours politique !
A son arrivée au Conseil Départemental d’Indre et Loire, elle est projetée 3ème Vice-Présidente, en charge du dossier du déploiement de la fibre optique sur l’ensemble du territoire. Comme à son habitude, elle se saisit de ce dossier et ne le lâchera pas jusqu’à la finalité. En collaboration avec le Président du Conseil Départemental d’Indre-et-Loire et son homologue du Loir et Cher, notre sénatrice a convaincu l’ensemble des élus du territoire (hors zone AMI) de rejoindre un modèle économique pour répondre à l’évolution des nouvelles technologies et aux besoins des habitants, des entreprises du territoire, condition sine quanon de l’attractivité d’un territoire.
Ce déploiement de la fibre optique s’effectue sur un programme de 5 ans, jusqu’à l’abonné le plus isolé et avec un engagement financier conséquent du concessionnaire afin de diminuer la prise en charge financière des Communautés de Communes.
Là encore… elle a réussi à donner confiance aux différent(e)s élu(e)s et à s’engager à investir pour servir l’intérêt général. Et lors des délibérations en conseil, ils ont dit “OUI” ! “Ce fût, là aussi, une grande émotion pour moi car ce sujet ne faisait pas partie de mes compétences premières et a exigé beaucoup de travail technique ».

Puis, de nouveau, sa famille politique vient la chercher pour les élections sénatoriales de 2017 ! 
Une grande réflexion s’est engagée estimant que ses postes de VP au CD37, d’adjointe à la mairie de Chinon, d’élue communautaire… son agenda est bien rempli et surtout elle est totalement épanouie dans son quotidien aussi diversifié.
Une personnalité politique et ami, en qui elle a confiance, trouve les arguments justes qui vont la convaincre, au vu des actions qu’elle a concrétisées sur le territoire et de son profil, de rédiger sa demande pour rejoindre la liste de Serge Babary.
 
Un des arguments a été de lui dire “il y a de nombreuses listes, vous serez en 2ème position sur la nôtre ».
Mathématiquement, en effet, il y avait peu de probabilité pour être élue !
Sa réflexion se porte sur le “pourquoi” de cette proposition “s’ils estiment que j’en suis capable, je vais leur prouver qu’ils ont raison !”.
Et la voilà repartie en campagne avec Serge Babary et les autres membres de la liste. Pour se sentir à la hauteur, elle travaille, travaille et travaille encore !
Tellement passionnée par les rencontres sur le territoire, par la dimension de cette mission, le contenu du travail à exécuter… qu’elle est élue ! 
Traiter de grands sujets, tout en restant en proximité locale avec les citoyen(ne)s sur le territoire “je ne vis que pour ça et je ne fais rien d’autre”…
Autour d’elle, une petite équipe dont la jeune femme, nommée Andréa, un œil protecteur, qui est avec nous depuis le début de l’entretien, en silence mais qui est attentive à chaque mot prononcé et à chaque question posée !
A nouveau, une organisation hebdomadaire se met en place avec des absences de plusieurs jours avant le retour en fin de semaine en terre de Touraine. 
7 jours d’une semaine rythmés par les rendez-vous en permanence et sur le terrain, les réunions, les interventions, le travail de commission, le Sénat, les auditions, les représentations et le travail du Conseil Départemental lien complémentaire du travail au Sénat car lien de proximité sur le terrain.

Son conjoint lui apporte son soutien, sans faille, et accepte ses longues absences car c’est à ce prix-là qu’il retrouve une épouse totalement épanouie et forte de ses actions pour la Nation.
Car, bien sûr, Isabelle Pavéro-Raimond a intégré la commission des Armées, des Affaires Etrangères et de la Défense… vous voyez le chemin depuis sa jeunesse, entourée par des membres de la famille issue de l’Armée ? C’est donc un environnement qu’elle connaît parfaitement bien “C’est un travail en toute discrétion, ne jamais se mettre en avant, toujours rester dans l’ombre » et cela lui convient parfaitement.
C’est ce qui la passionne ! Dans cette commission, le travail et les missions à accomplir, son engagement prend tout son sens : « Etre aux côtés des Armées, des Unités qui ont besoin de notre soutien pour avoir un engagement sans faille au service de notre Pays, toujours dans la dimension de la Nation et de ses valeurs ; les défendre et les porter également à l’étranger dans le cadre de relations diplomatiques”. 
Car, notre sénatrice est au Quai d’Orsay au Collège des Hautes Etudes de l’Institut Diplomatique soit le CHEID.
Elle accompagne, parfois, la ministre des Armées, Florence Parly sur nos bases militaires pour des missions très précises… mais dont, bien sûr, elle ne nous parlera pas, ici.
Elle travaille beaucoup avec l’Exécutif et nous précise, à ce sujet “Nous sommes dans l’Unité pour la sécurité de notre pays et sa défense”.
Cet environnement, dans lequel elle s’épanouit totalement, lui permet de rassembler ses compétences et ses valeurs personnelles.

Dans cette Commission des Armées, combien y a t’il de femmes ?
“Nous sommes 5 femmes sur 49 élus et je suis la seule à faire le CHEID avec le Quai d’Orsay, en lien avec le Ministre Jean-Yves le Drian. “
Et elle nous précise qu’elle est toujours surprise par les regards étonnés de ses collègues du Sénat lorsqu’elle monte dans un char de l’armée avec combinaison et casque, qu’elle prend un hélicoptère pour se rendre sur le porte-avions, ou qu’elle part en camp militaire y compris à l’étranger sur des bases stratégiques ou quand elle saute en parachute… et oui elle l’a fait !
 
Pour finir ce moment d’échange, je me permets de poser quelques questions plus légères !
 
Vous êtes envoyée en mission sur Mars pour 6 mois, vous avez le droit d’emporter un livre et un CD, lesquels choisissez-vous ?
Pour le livre, ce sera dans la lignée de mon activité “La Loi de programmation militaire”
Pour la musique, j’ai été bercée par Chopin qui a marqué ma jeunesse au conservatoire de danse classique.
 
Qu’est-ce qui vous émeut dans la vie ?
“Et bien… la Vie, tout simplement qui m’émeut ! Car je mesure la chance que j’ai de vivre 20 vies en une seule ! J’ai été confrontée à des situations dramatiques. Plus la vie est dure et plus je la trouve belle. Le droit de vivre est un cadeau, une richesse !”
 
Qu’est-ce qui vous fait rire ou qui vous fait rire ?
“J’ai bien conscience que le rire fait partie de la vie mais il ne fait pas partie de la mienne. Sûrement un défaut chez moi, mais je n’éclate pas de rire… “
Elle tient à préciser que sa personnalité est plutôt “grave” car elle prend ses missions très au sérieux et très à coeur. Mais la gravité n’est pas forcément triste ! C’est juste un bouclier, sa façon d’être…

Mais c’est à cet instant qu’intervient Andréa, sa collaboratrice, qui précise “quand même votre petit-fils vous fait rire !” Et la sénatrice reconnaît qu’effectivement les mimiques et les simagrées de son petit-fils la font un peu plus que sourire…
Comme quoi, on ne se connaît jamais totalement… et un oeil extérieur peut nous révéler des choses sur nous-même !

 

Tu pourrais aussi aimer

1 Commentaire

  • Reply
    Nanty
    24 juin 2020 at 11 h 41 min

    Quel beau portrait dans un talentueux parcours pour cette “belle personne” qu’est Mme Isabelle Raimond-Pavéro que nous avons… et que j’ai le grand plaisir de connaître.
    Merci à vous Marie-Hélène pour l’avoir si bien rédigé avec des mots simples plein d’engagement, de conviction, d’humanité et de courage.
    Bien cordialement 🌹

Laisser une réponse