À la une Parole de Femmes Vie Pro

Infirmière libérale… un métier de coeur et d’action !

INFIRMIERE LIBERALE
J’ai souhaité aller à la rencontre de Marie-Christine et Fabienne, infirmières libérales à Montbazon…
et oui, encore Montbazon me direz-vous ?
Mais je vis sur cette belle commune et j’y ai découvert, au fil des années, des personnalités attachantes et des talents audacieux !
 
Des parcours similaires à quelques exceptions près…
Marie-Christine est la fondatrice du Cabinet de Montbazon.
C’est en 1993, et après 10 années de “travail de nuit”  au CHU de Trousseau, qu’elle décide de s’installer en libérale.
En effet, elle a souffert, durant toutes ces années, d’une sorte de déracinement social et familial. Ces horaires de nuit ne lui permettaient pas de suivre régulièrement ses enfants, de partager les moments de vie familiale ou amicale comme tout un chacun…
Sa présence sur Montbazon, depuis de très nombreuses années, et son réseau lui ont permis de démarrer avec de nombreux(ses) patient(e)s !

Une première associée vient, très rapidement, compléter l’équipe. Mais cette collaboration va s’arrêter au bout de quelques années et c’est en 2012 que Marie-Christine commence à recruter des remplaçantes jusqu’au moment où a lieu “la” rencontre tant attendue ! 

Fabienne se présente et les deux femmes se retrouvent pleinement dans les valeurs qu’elles portent et dans la vision de leur métier d’infirmière libérale.
En effet, Fabienne a exercé dans divers environnements tels La Croix Rouge, une clinique d’Orléans en chirurgie mais aussi en soins intensifs. Et c’est à l’occasion d’une mutation professionnelle de son mari qu’elle revient en Touraine qu’elle avait quitté quelques années auparavant. Son choix se porte sur ce territoire semi-rural qui lui convient parfaitement.
Un beau duo va se mettre en place, toujours au service de leurs patients et de leurs familles… avec bonne humeur et sourire !
 
Au fil des années, d’autres personnalités vont venir se greffer sur le duo de base. Elles se nomment Mélanie, Alexandra, Christel et elles sont toutes aussi attachées aux valeurs de disponibilité, de patience et d’amour de leur travail quotidien !
 
Mais revenons vers mes invitées, Marie-Christine et Fabienne.
J’avais très envie de savoir comment elles avaient vécu ces derniers mois de crise sanitaire que nous supportons toutes et tous avec plus ou moins de calme et de compréhension.
 
Elles ont vécu, et vivent encore, dans une angoisse quotidienne permanente. 
Leur activité quotidienne est surchargée pour faire face à cette crise. Leur temps de travail est, énormément, rallongé dû au strict respect de tous les gestes barrières.
Ces professionnelles sont confrontées aux difficultés d’approvisionnement en gel hydroalcoolique, masques, gants, surblouses….
Marie-Christine précise qu’elle n’a jamais connu une période aussi tendue !
Les patient(e)s ont besoin d’elles pour des injections, pour changer des pansements, pour des prélèvement sanguins urgents, etc… 
Dotées de grandes qualités relationnelles, résistantes physiquement et psychologiquement, elles apprécient de s’occuper des autres…
Pourtant elles sont, aussi, confrontées, à quelques incivilités, des réflexions désobligeantes de la part de quelques citoyen(ne)s mal à l’aise face à cette situation anxiogène. 
Mais, dans la grande majorité, le soutien de leur environnement leur a fait chaud au coeur.
Elles ont reçu des appels et des messages téléphoniques d’encouragement. Certain(e)s citoyen(ne)s ont fabriqué des visières et leur ont offert pour mieux se protéger ; d’autres ont profité du confinement pour ranger leur domicile et leur ont fait cadeau de gants, de masques, de protection de voitures dont ils n’avaient pas l’utilité et même des savons “faits maison” ! 
Leur quotidien a été bouleversé en quelques heures !
Elles ont dû équiper leurs voitures de protections spéciales et les désinfecter très régulièrement. 
L’une comme l’autre évoque les rues “vides” lors de leurs tournées des premiers jours du confinement “une sensation d’extrême solitude” !
Mais le plus dur a été “d’être des plus vigilantes pour protéger leurs patient(e)s” qui sont, pour la grande majorité, des personnes malades et donc fragiles, mais aussi être vigilantes pour leurs proches.
Chaque soir, l’une et l’autre, se sont organisées une sorte de “SAS” de décontamination à leur domicile où elles se déshabillaient totalement puis passaient directement sous la douche avant de s’approcher de leurs familles. Tous leurs vêtements et autres surblouses étaient lavées à 60° chaque soir ! 
Elles se sont réveillées, toutes deux, chaque nuit, avec une angoisse grandissante… les jours où elles ne travaillaient pas (selon le roulement du cabinet) elles ne sortaient pas de chez elles !
 
Elles n’ont pas eu, fort heureusement, à gérer de dégâts particuliers ni sur leurs véhicules respectifs, ni dans les locaux du cabinet… ce qui est, malheureusement, arrivé dans d’autres territoires !
 
Elles ont, aussi, géré l’isolement d’un grand nombre de leurs patient(e)s.
En effet, les visites de professionnels tels les kinés, les aides à domicile se sont arrêtées net ! Les familles ne se sont plus déplacées par peur de transmettre le virus à leurs anciens,  etc… 
Mais, là aussi, elles ont répondu “présentes” pour passer des appels téléphoniques de leur propre appareil voire même des appels WhatsApp ou en visio avec des patient(e)s très âgé(e)s qui étaient désespéra(e)s de ne pas VOIR leurs proches.
 
Qu’en est-il aujourd’hui vous demandez-vous ? 
Et bien, nos infirmières libérales continuent, chaque jour, de visiter des dizaines de patient(e)s ; toujours avec des masques, des surblouses, des gants et une hygiène des mains qui laissent des traces au fil des mois qui passent…
Leur métier d’infirmière tient un rôle très important dans la branche médicale. Ce sont celles qui sont les plus proches des patients, de leurs familles et des médecins.
Elles sont un peu l’intermédiaire entre ces 3 entités !
 
Elles ont, aussi, des rancoeurs face à une ARS qui les a abreuvées de messages durant le confinement et subitement plus de consignes face au déconfinement ! Bien sûr, elles tiennent le même discours que les infirmier(ère)s salarié(e)s qui revendiquent une meilleure rémunération et surtout une plus grande reconnaissance ! 
 
Pour conclure, je vous dirai qu’elles ont de nombreuses qualités mais je citerai surtout la générosité, l’altruisme, l’adaptabilité, la persévérance et l’ouverture d’esprit…. sans oublier le sourire et la bonne humeur en bannière !
 
Je les remercie, ici, sincèrement, de ce sympathique moment passé en leur compagnie et de la confiance qu’elles m’ont témoignée en me relatant leur quotidien d’infirmières libérales.
 
Elles ont conclu notre entretien par cette phrase :
“On est toujours là… et pour longtemps” ce dont je ne doute absolument pas !
Vous aurez, sûrement, l’occasion de les retrouver, ici même, dans quelques temps car elles font partie de ces femmes “inspirantes” que j’ai, particulièrement, envie  de mettre en valeur.
 
A très bientôt pour d’autres témoignages !

Tu pourrais aussi aimer

2 Commentaires

  • Reply
    Massay
    17 juillet 2020 at 11 h 58 min

    Magnifique dédicace… elles sont source de bonne humeur et de grand respect. Merci à elles, leur dévouement est à la hauteur de leurs compétences.

  • Reply
    Bruno Côté
    20 juillet 2020 at 20 h 49 min

    Personnellement je connais Fabienne qui est venue visiter le Canada et j’ai eu l’honneur d’être son guide.on le voit dès le premier contact que le mot compassion et tous les fruits qui en découlent font corps avec elle.
    Bravo à ces anges, Bravo à vos anges Français.
    Bruno Côté
    Guide touristique

Laisser une réponse